La complémentaire santé réduit ses frais de gestion à partir de 2019. Emmanuel Macron a fait appel aux fédérations de mutuelle, assurance et institution de prévoyance afin de neutraliser, par un reversement, la hausse des tarifs prévue en 2019. Le but a été d’inciter les organismes privés à ne pas augmenter leurs tarifs à la mise en place de la réforme du reste à charge zéro.

Neutralisation de la hausse des prix engagée

Mardi à l’Élysée, Emmanuel Macron a reçu les patrons de plusieurs grands groupes d’assurance et d’institut de prévoyance pour s’engager sur la modération des tarifs. Tout cela après le consentement de la banque à stabiliser leurs frais et le versement de prime pour les grandes entreprises. L’estimation de l’effort supplémentaire consenti arrive à 70 millions d’euros. La neutralisation de la hausse de prix de la mutuelle santé se fait par un reversement. Un des sujets pour l’engagement a été également la mutuelle santé pas chère, sans aucune augmentation de tarif au moment où le reste à charge zéro ou 100% santé sera mis en place.

Un avantage considérable pour le grand public

D’abord, cette neutralisation des tarifs permettent aux Français de profiter du reste à charge zéro ou 100 % santé pour les soins optiques, dentaires et auditifs. De manière progressive, entre 2019 et 2021, le grand public peut jouir d’un remboursement complet des lunettes ou des lentilles de contact, des prothèses auditives ou dentaires.

Ensuite, les retraités avec les pensions les plus faibles, ceux qui reçoivent moins de 1000 € aujourd’hui vont avoir accès à une complémentaire santé à moins de 1 € par jour et de 60 € d’économie par mois.

L’un des avantages est également la réduction des frais de gestion. Le Ministre Agnès Buzyn a annoncé qu’il n’y a aucune logique d’accroître les tarifs et dans les promesses qui ont été prises, les mutuelles peuvent absorber l’augmentation en réduisant les frais de gestion.